ACTUALITE


Projections

Espejo rojo : 08/04/2011 - Mairie - Lescar (64) - 20h30
Espejo rojo : 02/04/2011 - Mairie - Saint Maurice Es Allier (63) - 17h30
Espejo rojo : 

7 novembre 2009 Ville de Narbonne (11)

Espejo rojo : 

5 octobre 2007 au centre culturel Amaya d'Irun (Espagne)

Espejo rojo : 

9 mai 2007 à la Médiathèque de Billère (64)

Espejo rojo : 

5 mai 2007 à Perpignan (66)

Espejo rojo : 

16 mars 2007 au cinéma Max Linder de Créon (33) en partenariat avec Cinéquadoc

Espejo rojo : 

1er février 2007 à Clermont Ferrand (63)

Espejo rojo : 11/12/2006 - Maison de l'Etudiant - Pau (64)
Espejo rojo : 04 /12/2006 - Cinéma le Parvis Méridien - Tarbes (65)
TOUTES LES PROJECTIONS

Espejo rojo

Share This Post

SYNOPSIS

Le portrait d’un républicain espagnol

« Espejo rojo » (Rouge miroir) trace le portrait d’un républicain, Virgilio Peña, qui a traversé les années les plus noires de l’Espagne et de l’Europe.

VIRGILIO PEÑA naît à ESPEJO (province de CORDOUE) le 2 janvier 1914, dans une famille pauvre d’ouvriers agricoles.
Son père est ouvrier agricole du lever au coucher du soleil dans une grande propriété.

En 1918, la protestation paysanne, légitime, s’accroît. La campagne s’embrase. Le père meurt. Le jeune VIRGILIO adhère à la Jeunesse Communiste et participe à toute l’épopée républicaine. Lorsque la République « éclate », il hisse le drapeau tricolore sur le Paseo de las Calleras, miroir de tant de frustrations populaires. Le Front Populaire gagne les élections et l’Espagne de l’argent, des brasiers inquisitoriaux et des sabres, se soulève.

VIRGILIO défend son village, ESPEJO, et son Andalousie.

En février 1939, avec la « Retirada », commencent le dur chemin de l’exil, l’entassement dans les camps « de la honte » : BARCARES, SAINT-CYPRIEN.

Début 1942, VIRGILIO PEÑA rejoint, en pays étranger, les maquis antifascistes, à BORDEAUX.

Le 19 mars 1943, il est arrêté et torturé par la police française, remis à la police nazie, puis emprisonné. En septembre 1943, il est enfermé dans le sinistre camp de COMPIEGNE, première étape vers l’horreur absolue, le camp de la mort de BUCHENWALD. VIRGILIO PEÑA, matricule 40843, porte le triangle rouge des « terroristes ».

Dans ce naufrage de l’humanité, il organise la Résistance, celle qui libèrera le camp le 11 avril 1945. Considéré comme apatride, VIRGILIO est l’un des derniers à sortir de BUCHENWALD, début juin 1945.

Inébranlable roc antifasciste, VIRGILIO PEÑA porte en lui les tragédies et les espoirs du XXème siècle.

Share This Post

Réalisateur : Dominique GAUTIER et Jean Ortiz
Durée : 75 minutes
Langues : Français + Espagnol, sous-titres français
Musique : Benjamin Britten, Cañadu, Renaud Garcia-Pons, Jean Francaix