ACTUALITE


Projections

Les Maquis de l’impossible espoir : 08/02/2006 - Cinéma Utopia - Avignon (84)
Les Maquis de l’impossible espoir : 03/07/2004 - Cauterets (65)
Les Maquis de l’impossible espoir : 14/02/2004 - Cinéma - Parentis (40)
Les Maquis de l’impossible espoir : Juillet 2003 - ACL la Maison des Associations - Sabres (40)
Les Maquis de l’impossible espoir : 11/07/2003 - Association Cinetyr - Saint Vincent de Tyrosse (40)
Les Maquis de l’impossible espoir : 04/07/2003 - Cinéma Z - Rion (40)
Les Maquis de l’impossible espoir : 27/06/2003 - Entracte - Mugron (40)
Les Maquis de l’impossible espoir : Juin 2003 - Cinéma le Mélies - Pau (64)
Les Maquis de l’impossible espoir : 16/05/2003 - Santander (Espagne)
Les Maquis de l’impossible espoir : 10/03/2003 - Cinéma l'Atalante - Bayonne (64)
TOUTES LES PROJECTIONS

Les Maquis de l’impossible espoir

Share This Post

SYNOPSIS

Octobre 1937 : le nord de l’Espagne tombe aux mains des franquistes.

Les vainqueurs s’acharnent contre « l’Espagne rouge ». Une poignée de républicains, les « huidos » (fugitifs), parviennent à se cacher, puis peu à peu à s’organiser.

Dès lors, « los maquis », « los del monte », vont tisser les fils d’une résistance stoïque. Aux pires moments de la répression franquiste, en Cantabria, le maquis de CEFERINO MACHADO résiste, de Santander jusqu’aux somptueux Pics de l’Europe. A la fin de 1944, ces guérilleros sont rejoints par des résistants espagnols qui ont contribué à libérer la France. Les maquis de Cantabria se constituent en « Agrupación Guerrillera de Santander ».

Derniers soldats de la République espagnole, ces combattants antifascistes sont considérés par la dictature comme des « bandits ». Ils le resteront, dans les textes officiels, jusqu’en mai 2001. Les deux figures légendaires de ce maquis cantabrique, JUANÍN et BEDOYA, tomberont en 1957.

« LES MAQUIS DE L’IMPOSSIBLE ESPOIR » exhume de l’oubli et de la peur, une mémoire clandestine : l’histoire de ces « vaincus magnifiques ».

Share This Post

Réalisateur : Dominique GAUTIER et Jean ORTIZ
Durée : 75 minutes
Langues : VO espagnole, VF sous-titrée
Musique : Benjamin Britten, Cañadu, Renaud Garcia-Pons, Jean Francaix